Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de science des matériaux

"Au-delà de moyens de recherche indispensables, l’IMat apporte une visibilité et un fructueux terrain d’échange interdisciplinaire"

Entretien avec Karim Benzerara, de l’Institut de Minéralogie, de Physique des Matériaux et de Cosmochimie.

Projet

Titre : Utilisation de carbonates amorphes produits par des bactéries pour la dépollution de radio-isotopes d’alcalino-terreux

Appel à projet : projet doctoral, AAP 2020

Axe thématique : Énergie, environnement et durabilité

Laboratoires

  • Laboratoire de Chimie de la Matière Condensée de Paris
  • Institut de Minéralogie, de Physique des Matériaux et de Cosmochimie

Entretien

A quel axe de l’AAP avez-vous répondu ?

Notre projet s’inscrit dans l’axe Environnement. Il s’agit de faire progresser notre connaissance d’un processus qui permettrait la décontamination d’eaux polluées par des radionucléides.

Pourquoi développer une action de recherche dans cette direction ?

Des recherches antécédentes ont permis d’identifier ce processus prometteur et original en regard des solutions actuelles. Au-delà des applications de remédiation, nous voyons un potentiel pour faire progresser notre connaissance fondamentale sur les interactions entre certaines bactéries et les radionucléides.

Quel est l’origine de votre projet ?

L’origine remonte au projet ERC Calcyan démarré en 2013 au cours duquel nous avons étudié des bactéries photosynthétiques (cyanobactéries) formant des carbonates de calcium intracellulaires. Nous étions motivés par des questions purement fondamentales visant à comprendre l’abondance et la diversité de ces bactéries sur Terre. Au cours d’un projet financé par le LabEx MATISSE, nous avons découvert que certaines espèces prélevaient des alcalino-terreux lourds comme le strontium (Sr) et le baryum (Ba) préférentiellement au calcium (Ca) : c’était tout à fait original et probablement dû à une sorte d’« effet vital » propre à ces microorganismes.

Quel but à atteindre idéalement ?

La mise au point d’une approche couplant la RMN et la microscopie électronique en transmission pour identifier et quantifier la taille des réservoirs au sein des cellules bactériennes des alcalino-terreux. Un autre objectif serait de quantifier plusieurs paramètres clés pour évaluer les performances de piégeages des radionucléides par ces bactéries. Au-delà du champ de connaissance fondamentale, un grand champ d’application est la dépollution d’eaux contaminées par le radium et/ou l’isotope radioactif 90 du strontium

15/10/20

Traductions :