Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de science des matériaux

"Notre ambition est de créer un référentiel pour déterminer la présence de vie sur Mars"

Entretien avec Sylvain Bernard, de l'Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie.

Projet 

Titre : Ageing/alteration of organic materials: Implications for the search for biosignatures on Mars

Appel à projet : bourse exploratoire, 2020

Axe thématique : Énergie, environnement et durabilité

Laboratoires

  • Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
  • Laboratoire Génie des Procédés et Matériaux (LGPM)

Entretien téléphonique réalisé le 4 novembre 2020

Vous avez déposé votre projet dans l'axe thématique "Énergie, environnement et durabilité". Plus précisément, quel est le sujet de votre recherche ?

Notre projet étudie le vieillissement des matériaux organiques. Il est directement lié à l'exploration spatiale, plus particulièrement à l'exploration de la planète Mars : nous nous intéressons au vieillissement du vivant dans un environnement sédimentaire martien.

Un des sous-thèmes proposés dans l'axe Energie concerne le vieillissement des matériaux : avec notre projet, nous sommes en plein dans cette thématique.

A quelle mission martienne faites-vous référence ?

Nos laboratoires participent à deux missions martiennes : l'une américaine pilotée par la NASA et l'autre européenne, ExoMars2020, pilotée par l'ESA. Ces deux missions ont pour objectif de chercher des traces de vie sur Mars. Il y a 4 milliards d'années, la surface de Mars étaient très semblable à celle de la Terre. Il est donc possible que la vie se soit développée sur Mars comme elle s'est développée sur Terre.

Si c'est le cas, il devrait y avoir des traces anciennes, d'autant plus facilement identifiables que Mars a connu une histoire géologique moins mouvementée que la Terre. Ceci dit, de nombreux épisodes de circulation de fluides se sont produits ces 4 derniers milliards d'années, infiltrant les sédiments martiens et modifiant/altérant les traces de vie potentiellement piégées à l'intérieur.

Quel est le rôle de votre recherche dans ces projets d'exploration ?

La plupart des vieux sédiments martiens riches en argiles sont entrecoupés de veines qui attestent de la circulation de fluides. La plupart de ces épisodes de circulation de fluides ont été déclenchés par des impacts (météorites). Tout impacteur, même petit, fournit suffisamment d'énergie pour faire fondre/mobiliser la glace d'eau emprisonnée dans le sous-sol.

Nous voulons donc étudier et documenter le vieillissement de la matière organique dans un environnement martien recréé en laboratoire en simulant ces circulations de fluides. Ainsi, nous pourrons déterminer ce que deviennent les traces du vivant dans ces conditions et savoir quoi chercher sur Mars.

23/11/20

Traductions :